FANDOM


1 192 Pages

La Déesse, vous la connaissez ? Non ?

Ca tombe bien, moi non plus ! Mais ce n'est pas trop grave, on va le développer ensemble.

La Déesse

Qui de plus mystérieux que la Déesse ? On parle du Grand Architecte (ou Tout-Puissant) et puis, d'un seul coup, le Tout-Puissant, pourtant nom emprun d'une substance innommable, se trouve avoir un nom, Zénus. On parlait aussi de la Déesse dans Emblem of Roto... mais il s'agit en fait de Rubiss...

Tant de choses si confuses et pourtant essentielles.

On pourrait s'arrêter là. Mais pouvons-nous seulement arrêter la Déesse à Rubiss ? A quoi ressemble-t-elle ?

Qu'est-ce que sous-entend l'appellation "la Déesse" ?

Le vif du sujet : le nom

Bon, allons-y directement. La Déesse c'est une entité qualifié d'innommable. On l'emploie la plupart du temps pour qualifier quelqu'un ou quelque chose dont on ne peut nommer. On lui donne un attribut, un substantif, pour la qualifier. Ce nom se doit d'être accepter par une communauté bien définie.

Autrement dit, il est tout à fait possible que la Déesse soit nommée ainsi par une communauté A et avoir un tout autre nom dans une communauté B. (cf : Dialogue avec Empyréa/Ramia dans Dragon Quest VIII : L'Odyssée du Roi Maudit ou elle déclare, je cite "Empyréa est le nom que vous me donnez ici. Dans un tout autre monde, mon nom est Ramia" (sic) CQFD).

La Déesse peut donc aussi bien s'appeler La Déesse que Rubiss, Célestelle ou... Tania. (Non, c'est une blague).

Aux petits remèdes les petits maux...

Le nom est beaucoup trop insuffisant pour savoir qui est la Déesse. En réalité, ce n'est pas si facile que ça...

Ce qu'on sait, tout comme la plupart des divinités dans Dragon Quest, c'est que la Déesse est une divinité anthropomorphe... ou alors l'humain est à l'image des divinités (selon le sens que vous prenez ; si vous croyez en la thèse de Zénus quoi). Personne ne vous a jamais avancé cette éventualité ? Oui bon d'accord, la Bible l'a dit... Par contre, personne ne vous a dit que la Déesse pourrait avoir plusieurs noms et plusieurs formes...

Quoi ? Les divinités antiques ?

...

Oui bon d'accord, c'est très contradictoire avec l'idée que la Déesse, dans son nom, se doit être une et indivisible.

Que serait la Déesse ?

Le principal problème du sujet, c'est qu'à aucun moment dans les jeux on nous dit à quoi ressemble la Déesse.

Toutefois, nous ne pouvons pas affirmer avec exactitude que la Déesse n'est qu'une entité innommable à part entière.

  1. Passage très intéressant, la visite à la Flèche de la Lumière dans Dragon Quest Heroes : Le Crépuscule de l'Arbre du Monde. Ce monument est en fait un lieu où les Enfants de la Lumière peuvent interagir avec la Déesse. Dans la théorie, elle serait visible... sauf qu'il s'agit d'un éclat de lumière autour d'une couronne solaire. Par ailleurs, sachez que les vitraux sont censé La représenter. Seulement, à aucun autre moment cela est confirmé dans les jeux, vu qu'à part cette apparition en vesica lumineuse... nous n'avons pas d'autres informations à ce sujet.
  2. Dans le manga Emblem of Roto, on parle bien de la déesse Rubiss comme "La Déesse".

Voilà concernant les très rares passages qui peuvent répondre à notre problématique.

Au lieu justement de les résoudre, ces explications redonnent d'autres questions, tel un cercle vicieux ; la plupart se révélant d'une certaine manière contradictoire.

En effet, si la Déesse représentée à la Flèche de la Lumière est belle et bien la Déesse, la Déesse serait Célestelle... et non Rubiss ! Autre gros problème, c'est que Célestelle n'est jamais reconnue comme "La Déesse" dans Dragon Quest IX. On y place en particulier un culte plus important à son père... et là encore, en terme de représentation, il n'y a aucune statuette en son honneur.

La plupart pensent à croire que le Tout-Puissant et la Déesse sont en réalité deux dieux monothéistes distinct par rapport à deux idées :

  1. Le Tout-Puissant ne possède aucune représentation de Lui dans n'importe quel monde dans lequel il en est la principale divinité. Il serait une représentation de la religion sous une stricte application de l'iconophobie, le refus de toute dévotion à une représentation quelconque. Nous y reviendrons plus en détail dans un autre billet.
  2. La Déesse serait l'exacte opposée ; iconophile et libre de représentation, pourvue qu'elle soit à Son service et fidèle à Elle.